Notre patrimoine

Un patrimoine historique riche

En se promenant dans Grand-Couronne, rue de Bas, avenue Jean Jaurès, rue Clemenceau ou encore aux Essarts par exemple, le visiteur peut découvrir de nombreuses anciennes fermes, manoirs, maisons bourgeoises et hôtels particuliers, témoins du riche patrimoine architectural et historique de la ville.

Le patrimoine architectural et historique de Grand-Couronne a beaucoup souffert durant la seconde moitié du XIXe siècle et surtout au XXe siècle à cause de l’urbanisation, de l’industrialisation et des guerres de 1870 et 1939-1945. Malgré ces destructions importantes, l’histoire nous a laissé quelques édifices intéressants.

De l’époque médiévale, seuls le chœur et la tour-clocher de l’église Saint-Martin sont encore en élévation. Il s’agit d’un édifice construit au XIIIe siècle et qui comporte une architecture gothique primitive tout à fait intéressante.

Pour les XVIIe et XVIIIe siècles, il subsiste quelques bâtiments d’habitation ou agricoles notamment dans les rues de Bas, Pasteur, Clemenceau et aux Essarts. Par ailleurs, on recense pour cette période de l’Ancien Régime quelques manoirs et hôtels particuliers.

Pour ce type de résidence, l’ensemble le plus intéressant est le domaine Saint-Antoine (au Petit-Essart) où sont encore en élévation trois tours, un mur d’enceinte et une citerne du XVIIe siècle ainsi qu’une grange et une chapelle dont la construction peut être datée de la fin du XVIIe siècle ou du début du XVIIIe siècle.

Eglise Saint-Martin (XIIIe siècle)

Le clocher construit au début du XIIIe siècle est un exemple intéressant d’architecture gothique primitive comparable à l’église Saint-Jacques le Majeur à Moulineaux. Le choeur quant à lui a été édififé dans la première moitié du XIIIe siècle. La nef fut totalement reconstruite à partir de 1883.

Le Domaine Saint-Antoine

Ce magnifique ensemble, avenue des Poiriers, abrite aujourd’hui la Communauté des Béatitudes du diocèse de Rouen et environnants. Les bâtiments qui subsistent datent du XVIIe siècle. En 1657, un fief seigneurial situé eu Petit Essart est attribué par le Roi de France au sieur Antoine de Gomont. Des origines du domaine, il subsiste encore quelques édifices : une partie des murs et des tours d’enceinte et la chapelle Saint-Antoine datant de 1664. Quant au château, il fut détruit au XIXe siècle et reconstruit dans le dernier tiers de ce siècle.

Le Château du Grésil

Ce magnifique château en pierres de taille calcaires, situé avenue de Caen, date du XVIIIe siècle. Un inventaire de la Révolution française indique que le domaine comptait une maison de maître, une chapelle, des écuries et divers bâtiments. Il est attesté qu’un fief seigneurial existait dès la fin du Moyen-Age et que la chapelle Sainte-Catherine a été bénie le 5 juillet 1734.

Galerie